Partagez | 
 

 You dream as a little boy ; feat Mycroft

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Neal W. Bowers
OrgueilOrgueil
► Messages : 160
► Crédits : avatar ; shiya - code signature ; wildheart.
► Date d'inscription : 12/10/2014

MessageSujet: You dream as a little boy ; feat Mycroft   Mer 11 Fév - 20:03

You dream as a little boy
Midi, l'heure de la pause, l'heure du repos, l'heure du repas. Neal quitta son cabinet, fermant soigneusement chaque porte à clef. D'un coup de la main, il retira de sa veste en laine quelques poussières qui avaient dû s'y déposer à cause des travaux du quartier. Les travaux. Une chose qui l'agaçait sincèrement. Bruyant, salissant, interminable. Ca semblait même être une excuse parfaite pour jeter de l'argent par les fenêtres. Son téléphone portable sonna. Il avait pour habitude de ne jamais décrocher sauf durant ses pauses. Coup de chance pour son interlocuteur. Neil continua de déambuler dans les rues, le téléphone collé à l'oreille. C'était Diana Montaigu et depuis le drame, elle était insupportable. Bien qu'insupportable était un faible mot.

« Je me posais la question, ça t'arrive de respirer? ... Laisse moi faire mon travail, accorde toi une heure de repos -ça te ferait pas de mal- et je te rappelle dès que j'ai du nouveau. »

N'attendant aucune réponse, il raccrocha immédiatement. Diana était une femme envahissante. Vraiment très envahissante. Elle avait besoin de tout contrôler jusqu'à la seconde près. A force, Neil songeait même à lui facturer ses appels téléphoniques. Il finit par s'arrêter dans un café pour manger. Il commanda un sandwich et un café. Il n'avait pas très faim, contrarié par l'appel de l'accablante Montaigu. Il en avait même oublié son rendez-vous avec l'auteur à succès Mycroft W. O’Callaghan. De nouveau, il attrapa son téléphone pour lui demander de le rejoindre.

« Quartier de la City, c'est sur votre chemin de toute façon. Oui. Bien. Dépêchez-vous. »

Neal n'était pas encore sûr que ce petit talent lui soit vraiment utile. Oui. Neal choisissait ses clients pour leur utilité et non l'inverse, ce qui n'avait aucune logique pour un avocat. En réalité, il était bien loin d'être normal, sa manière de fonctionner était complètement en désaccord avec ce qu'on pouvait attendre d'un homme de sa profession et pourtant, il travaillait bien, même très bien. Il était réputé pour traiter avec de gros clients et il obtenait toujours ce qu'il voulait. Peine réduite, procès gagné. Le prix a payer avec cet homme était tout d'abord de supporter son impolitesse mais surtout, avoir le budget pour l'entretenir. Un budget dont il soupçonnait Mycroft de ne pas avoir. Impossible -selon lui- que ces romans de ménagères lui assure un salaire acceptable.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mycroft W. O’Callaghan
GourmandiseGourmandise
► Messages : 98
► Date d'inscription : 21/10/2014

MessageSujet: Re: You dream as a little boy ; feat Mycroft   Mer 11 Fév - 21:06

You dream as a little boy
La matinée était passée trop vite. Des papiers à remplir, un rendez-vous avec son éditeur, une crise de Marley ... Mycroft aurait bien volontiers fondu sur son lit en rentrant si seulement cela avait été possible. Faire une sieste, laisser de côté ses romans pour le moment, les problèmes qu'il rencontrait avec sa femme, la tension autour de son nouveau livre ... Il y pensait nuit et jour. Aucun écrivain n'avait réellement tenté de traiter ce sujet plus qu'épineux, et Mycroft savait que quoi qu'il ferait, il faudrait qu'il prenne beaucoup de pincettes. Il se doutait clairement, de toute les manières, qu'il n'en ressortirait pas qu'avec des amis, mais ni lui ni sa femme n'avaient jamais eu peur de ce genre de situation. Après tout, on ne basait pas son succès sur les risques modérés. On basait un best-seller sur sa capacité à traiter l'impossible. Et Mycroft avait toujours aimé les défis. Lorsque l'on a écrit quelques livres, été salué par la critique de bien des façons, on a du mal à rebondir. Du moins, les autres. Pas lui. Il savait ce qu'il faisait, et plus important encore, il connaissait exactement sa valeur.

Mais avant toute chose, il lui fallait assurer ses arrières. Et la première chose à faire dans ce cas là était de contacter un avocat. Celui qui se chargeait habituellement de son dossier était bien trop prudent, n'avait aucune envie de se mouiller, et avait donc résilié son contrat avec l'écossais. Cela n'avait pourtant miné Mycroft qu'une seconde. Il lui avait tourné le dos ? Il n'avait bien qu'à en trouver un autre. Et ce ne fut pas réellement difficile. Neal Bowers était l'avocat de la famille Montaigu, et par la même le plus apte à traiter de son cas. De plus, l'avocat avait une réputation qui le précédait, comme l'avait montré les recherches faites par Marley sur son cas.  Il venait d'entrer dans sa voiture lorsqu'il reçut l'appel de celui qu'il devait rencontrer.

" D'accord, j'y serais dans une dizaine de minutes. "    

En réalité, il y fut en huit minutes. Il se gara quelque peu précipitamment, manquant de heurter la voiture d'en face - ce qui n'aurait pas été une si grande perte vu le déchet - et sortit de la voiture. Il ne tarda pas à apercevoir son rendez-vous, assis au café, l'air sinistre. Pas vraiment un gai luron, selon les dires de ceux qu'il avait interrogé à son sujet. Mais efficace, c'était bien le plus important. En arrivant devant sa table, il le salua, remarquant la nourriture sur sa table.

Je suppose qu'un bon appétit est de rigueur.

Prenant le temps de s'asseoir, il commanda un café. Sa femme l'avait empêché de prendre sa dose le matin même, et il était cruellement en manque. Le lieu était donc tout indiqué.

Je vous ai déjà expliqué ma demande par téléphone donc je ne me répéterais pas. J'ai besoin de vos services pour mon nouveau livre. Il est facile de voler des idées, et c'est absolument ce que je souhaiterais éviter. Surtout que ça semble m'arriver souvent ces derniers temps.

Lors de la parution de son dernier livre, un homme avait tenté de s'approprier son oeuvre. Le procès avait été gagné par l'écrivain - ou du moins par son avocat - mais cela n'avait pas été très joyeux. Alors il prenait les devants.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Neal W. Bowers
OrgueilOrgueil
► Messages : 160
► Crédits : avatar ; shiya - code signature ; wildheart.
► Date d'inscription : 12/10/2014

MessageSujet: Re: You dream as a little boy ; feat Mycroft   Lun 16 Fév - 19:04

You dream as a little boy
Mycroft venait d'arriver, peut être pas assez rapidement au goût de Neal qui était en train de s'essuyer la bouche. L'auteur prenait place pendant que l'avocat le fixait longuement.

« Pensez à faire plus vite la fois prochaine. »

Il posa sa serviette sous l'assiette qui contenait sa tasse de café et poussa un long soupir avant de s'appuyer le dos contre le dossier de chaise. Il avait l'air affalé, montrant clairement qu'il ne croyait pas en cette nouvelle affaire.

« Bon, écoutez, je vais être franc avec vous. Je ne suis pas un grand fan de vos romans et je pense sincèrement que notre réunion n'a pas grand intérêt. Défendre vos droits, cela relève du fantasme et de l'égocentrisme. Dans la littérature comme dans le cinéma, tout le monde se fait plagier, c'est le prix à payer quand on acquérit de la notoriété. »

Dans la poche intérieur de sa veste, il attrapa entre ses doigts un paquet de cigarette. Il le sortit, l'ouvrit soigneusement et y retira une cigarette. Profitant d'être en terrasse, il l'alluma en regardant le ciel grisâtre de Londres. Il songea à l'affaire des Montaigu, ne savant pas comment il allait pouvoir sortir la famille de ces soucis actuels. L'enterrement des deux amants ne s'étaient pas encore fait. Les préparatifs étaient assez longs et l'inspecteur avait demandé un délai pour examiner les corps. Une fois l'enterrement terminé, les corps seront enfouis sous la terre, tout comme les preuves. Même si leurs décès étaient annoncés comme un double suicide, enterrer les corps n'étaient pas la meilleure chose à faire durant une enquête. N'importe quels détails étaient bon à prendre, ils permettent d'y voir plus clair, de comprendre certaines choses. Neal soupira, encore, songeant à cette enterrement de preuve et tira sur sa cigarette. Il en oubliait presque Mycroft, son -futur- client.

« Eventuellement, si je peux vous donner un conseil, vous feriez mieux d'écrire quelque chose sur ces deux gamins décédés. Nous perdrions tout deux moins notre temps. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mycroft W. O’Callaghan
GourmandiseGourmandise
► Messages : 98
► Date d'inscription : 21/10/2014

MessageSujet: Re: You dream as a little boy ; feat Mycroft   Mar 17 Fév - 17:35

You dream as a little boy
Désormais assis devant l'avocat, Mycroft se contenta de sourire. Celui qui pouvait lui enlever cette capacité à tout prendre avec ironie et parfois insolence n'était sans doute pas encore né. On lui avait d'ailleurs rapporté le peu d'amabilité de son interlocuteur, et ce n'était d'ailleurs pas pour cette prétendue amabilité qu'il voulait dépenser son argent, mais bien pour la défense de ses droits. Aussi, il patienta, se contentant de fixer l'homme assis en face de lui. Il suffit d'une phrase de lui pour que Mycroft comprenne quelque chose de vital pour la suite de l'entrevue, et ce fait là lui aurait presque élargit le sourire. Toutefois, il se contenta de répondre strictement à Neal, sans rentrer dans les détails. Du moins pour le moment. Le problème de ce genre de situations étaient de savoir quand utiliser ses atouts. Comme une partie de poker, on jouait, on bluffait, on espérait que nos tentatives marchent. Et parfois, lorsque la chance nous souriait et que tous les critères nous étaient favorables, on gagnait.

«  Seulement voilà, je ne veux payer aucun « prix » dû à ma notoriété. Et si jamais plagiat il y a, je veux avoir l'assurance de gagner n'importe quel procès. Ce projet est important pour moi et le deviendra également pour les londoniens. Appelez ça de l'égocentrisme si ça vous chante. Si vous pensez ne pas pouvoir le faire, je me tournerais vers quelqu'un d'autre. J'ai les moyens de me payer n'importe qui. Si je dois faire appel à l'un de vos confrères de l'autre côté de l'océan, je le ferais. Mais si je ne m'abuse, ce serait à votre détriment. Après tout, la somme que vous demandez est colossale, pour un travail qui semble ridiculement aisé pour un homme de votre niveau. »

Mycroft marqua une pause. Il observa l'avocat sortir une cigarette, et résista à l'envie de faire de même. Sale habitude. Mais il désirait rester professionnel. Si dans sa vie privée il pouvait agir avant de penser, il était loin d'en faire de même dans le cadre du travail. Sa femme lui prêtait souvent un caractère bipolaire pour expliquer ce changement d'attitude, mais il était loin de l'être. Il savait juste mettre toutes les chances de son côté. Ce qu'il avait dit à Neal n'était d'ailleurs pas totalement faussé. Il pouvait très bien aller voir ailleurs, au niveau international. Les américains avaient cette étrange façon de voir l'Angleterre, et n'importe quel cabinet d'avocats rêveraient sans doute de se liguer contre le système en place, autrement dit, contre les clans qui sévissaient en ville. Reprenant le fil de la conversation, Mycroft ne se départit pas de son sourire. Peut-être était-ce le moment de remettre les choses à leur place.

«  Vous savez combien j'ai écrit de romans à proprement parler ? Deux. J'ai écrit sept livres, tous des best-seller. Pour faire un peu d'histoire, j'ai débuté ma carrière en tant que journaliste, et me suis spécialisé, ensuite, comme biographe. Les romans policier, c'est juste une manière d'occuper mon temps libre. »

Mycroft s'arrêta de parler, mais seulement pour mettre ses idées en ordre.

« Revenons maintenant au sujet principal, et à votre conseil. Selon vous, pourquoi mon avocat habituel aurait-il décidé d'abandonner une mine d'or telle que moi ? Toujours selon vous, quel journaliste digne de ce nom ne s'intéresserait pas aux amants maudits, surtout lorsque l'on comprend d'où ils viennent. »

L'écossais continua de fixer son interlocuteur.

«  Je ne suis pas là pour écrire une fiction. Je suis là pour dépeindre la réalité. Alors allez-vous m'aider, oui ou non ?  Voilà la véritable question qui arrêtera de nous faire perdre du temps. »

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: You dream as a little boy ; feat Mycroft   

Revenir en haut Aller en bas
 

You dream as a little boy ; feat Mycroft

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Dream of Ewilan
» Hollywood Dream Boulevard
» Dream ticket :Obama/Gore
» California Dream !
» Horse Dream RPG

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Feathers of Fate :: Sur scène :: Zone est :: The bank-